Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Ambidextre

L'Ambidextre

BD, Livre, Dessin, Peinture, Musique, Jeu Vidéo


"Nous ne verserons pas un euro de plus pour le naming Groupama stadium" (Francis Thomine, Groupama)

Publié par Paul Ambrosio sur 9 Janvier 2020, 17:03pm

Catégories : #GroupamaStadium, #JM_Aulas, #@JM_Aulas, #@GroupamaStadium, #@naming, #@LaTribune, #LaTribune

Septembre 2017 : Jean-Louis Pivard Président de Groupama Rhône-Alpes Auvergne, Jean-Michel Aulas Président de l’Olympique Lyonnais, Francis Thomine Directeur Général de Groupama Rhône-Alpes Auvergne, Thierry Sauvage Directeur Général de l’Olympique Lyonnais, et les membres des Conseils d’Administrations de Groupama Rhône-Alpes Auvergne et de l’Olympique Lyonnais étaient réunis au Groupama Stadium pour célébrer ensemble la signature du naming

____________________________

Violent réquisitoire du Directeur général de Groupama contre le football business dans un entretien à la Tribune. Extraits.

LA TRIBUNE - Groupama affiche son attachement aux "valeurs mutualistes" dénommées "solidarité, entraide, humanisme, responsabilité sociale et sociétale". Lesquelles questionnent votre engagement aux côtés de l'Olympique lyonnais. Vous avez initié il y a deux ans et demi le naming du stade de l'OL, rebaptisé Groupama Stadium. Quelle est la concordance de ces valeurs que vous promouvez avec celles d'une activité à bien des égards amorale : rémunération stratosphérique et indécente des joueurs, hooliganisme, slogans homophobes et racistes, et maintenant même violence entre supporters et joueurs lyonnais ?

FRANCIS THOMINE - Coupe du monde de football féminin cette année, prochaine Coupe du monde de rugby, concerts de musique, et chaque jour des manifestations d'entreprise : l'écosystème du stade est bien plus large que le seul domaine du football professionnel. Il a permis de créer beaucoup d'emplois, et participe substantiellement à la renommée de l'agglomération lyonnaise. D'autre part, je reste convaincu que le football constitue un facteur déterminant d'inclusion et de lien sociaux au sein de la jeunesse, notamment des quartiers en difficulté. Ce qu'entreprennent avec tant de succès l'association "Sport dans la Ville" ou Mohamed Tria à la tête du club de la Duchère, en est la preuve. (...)

Groupama est un acteur de la santé. Que le salaire versé par le club à un seul joueur comme Memphis Depay soit équivalent à celui d'une cinquantaine de médecins ou de 200 infirmiers affecte-t-il votre éthique ? Jusqu'à remettre en question votre partenariat ?

Je ne le nie pas : votre mise en perspective des « valeurs » m'interpelle. Et cela ne me laisse nullement insensible. Mais au final, nous devons faire le solde entre les éléments positifs et négatifs. Et à mes yeux, au nom des arguments que j'ai égrenés en préambule, les premiers dominent les seconds.

Le football professionnel international charrie un tel business, qu'inévitablement d'indécents excès surviennent. D'ailleurs, je m'étonne toujours que ce public de supporters souvent très modestes se taisent devant l'incroyable inflation des salaires des joueurs. (...)

Votre contrat triennal arrive cet été à son terme, et vous êtes d'ores et déjà dans la renégociation du naming - et des prestations périphériques. Le montant de l'accord est secret, les estimations oscillent entre 4 et 7 millions d'euros par an. Dans quel état d'esprit abordez-vous cette échéance ? Comment intégrerez-vous les tourments actuels du club, y compris en termes d'image ? Au final, à l'aune des « interrogations morales » partagées ci-dessus et dans le contexte financier plus délicat, ce renouvellement est-il opportun ?

(...) A l'aune des dérapages racistes, homophobes, violents et même, maintenant, des tensions ostensibles entre supporters et joueurs, nous aurions eu l'occasion d'actionner la clause d'image.

Je n'ai pas souhaité le faire. La raison est que les répercussions sur notre image étudiées par des organismes indépendants via notamment les réseaux sociaux, ont révélé un impact extrêmement faible. Et pour l'heure, ces mêmes évaluations attribuent un large satisfecit quant à la progression de notre image et de notre notoriété.

Les négociations s'annoncent âpres, au moins autant que celles préparant la conclusion du contrat originel - dans le cadre duquel, sous la pression des supporters hystériques contre l'ennemi « vert » stéphanois, vous aviez même d^ renoncer à colorer les lettres de votre logo dans l'enceinte du stade. Qu'êtes-vous prêt à concéder ou exiger ? Votre intérêt et/ou celui de Jean-Michel Aulas pourrait-il être le désaccord ?

Renoncer à ce partenariat n'est absolument pas notre intention. Et le 10 janvier, je présenterai mon argumentaire devant le conseil d'administration. En revanche, nous ne serons pas prêts à tout et n'importe quoi pour y parvenir. Dans le cadre de notre « planification stratégique opérationnelle » 2020 - 2022, j'ai intégré une « enveloppe » dédiée à notre accord, plus exactement aux conditions réalistes, raisonnables, équitables de le poursuivre. Le contenu de cette enveloppe, je suis bien sûr enclin à en discuter certaines affectations, certains détails avec les dirigeants du club.

En revanche, je ne dépenserai pas un euro de plus. Jean-Michel Aulas, son directeur général et son conseil d'administration seront libres de mettre fin à notre partenariat s'ils lui préfèrent une offre censée être bien plus performante financièrement. (...)

La Tribune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents