Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Ambidextre

L'Ambidextre

BD, Livre, Dessin, Peinture, Musique, Jeu Vidéo


Une mise au point au sujet de la DMLA

Publié par Martial Petiot sur 7 Janvier 2020, 11:08am

Catégories : #santé, #dmla, #Stanford, #Bar-Ilan

Le site Acuite.fr a publié un article, "DMLA : une découverte décisive pour retrouver la vue ?", qui pourrait laisser entrevoir un espoir pour les personnes atteintes de ce trouble de la vue. Cet article s'appuie sur une étude, intitulée « Interactions corticales entre prothèse et vision naturelle », menée par des chercheurs de l’Université Bar-Ilan en Israël et de l’Université de Stanford en Californie, et publiée dans la revue américaine Current Biology.

L'article fait l'objet d'un commentaire de lecteur qui vient éteindre, au moins provisoirement, les espoirs des lecteurs. Je le reproduis ci-dessous :

Le point important dans le titre accrocheur de cette annonce est le point d'interrogation.
La réponse est : NON. Cet article ne fait aucunement mention d'une découverte décisive pour le traitement de la DMLA. Une des pistes de la recherche scientifique active dans le traitement de la DMLA est l'élaboration de capteurs photosensibles destinés à convertir l'énergie lumineuse collectée en photocourant, et au raccordement de ces capteurs soit aux éléments rétiniens encore actifs, soit plus en aval vers le cortex visuel. L'étude rapportée ici observe les effets sur la perception visuelle globale de la stimulation simultanée par à la fois un tel capteur et par la rétine. Étant entendu que le champ récepteur du capteur artificiel concerne la rétine centrale alors que la rétine périmaculaire est connectée par ses propres photorécepteurs. C'est ce qui dans l'étude est appelé prothétique et naturel. A l'aide des PEV (potentiels évoqués visuels : [...] )
les auteurs confirment une certaine cohérence de ces implantations maculaires pour un bénéfice de certains aspects de la vision globale chez les 5 rats Long Evans soumis aux tests. On peut être surpris par la conclusion qui étend les constats enregistrés à l'éventuelle amélioration de la vision chez les patients (humains?). C'est aller un peu vite, notamment au regard des spécificités anatomiques et physiologiques de la vision fovéolaire qui différencient les rongeurs et les grands primates.([...])
Une telle étude est sans doute intéressante dans son domaine si elle est bien menée, mais de là à titrer sur une découverte décisive, sous entendu chez l'Homme, "d'espérer un recouvrement de la vue pour les patients", c'est vraiment tout mélanger.
Au moins, une telle annonce peut avoir le mérite de donner une occasion aux opticiens consciencieux de s'intéresser au fonctionnement de la vision de leurs clients.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents